L’art de rester sur son vélo !

tomber à vélo

Arrivé un peu vite en descendant une côte, j’ai dérapé avant de m’arrêter au stop. Le vélo commençait à prendre de l’angle sur l’arrière mais j’ai de bons réflexes et j’ai su rester sur la monture. En VTT, cela ne me perturbait pas, mais là, il y a de la circulation. En principe, le cycliste qui se rend au travail ou fait ses courses ne recherche pas la vitesse. Cela dit, il peut arriver de se faire surprendre ou plutôt de mal évaluer la situation et là, c’est la chute!  Voici les situations à risque et les attitudes à adopter pour ne pas vous faire surprendre.

Evitez :

  • Les branches, tiges, fils de fer ou objets similaires sur la route. En plus d’abimer votre vélo, ils peuvent se glisser entre le cadre et vos rayons,  bloquer une roue et vous déstabiliser. Si en plus le blocage se fait sur la roue avant, préparez vous à décoller !
  • Les lacets de chaussure mal attachés pour les mêmes raisons.
  • Les ornières, nids de poules et autres irrégularités de la route qui peuvent vous déstabiliser.

Anticipez :

  • Des pneus correctement gonflés permettent une bonne l’adhérence. Vérifiez la pression de vos pneus au moins une fois par semaine. Vous pourrez en même temps vérifier qu’ils n’ont pas d’objets tranchant ou que les flancs ne sont pas déchirés ou craquelés.
  • Des conditions climatiques défavorables sont un piège en plus. Prévoyez un plan B en cas de neige / verglas sauf si vous avez des pneus spéciaux pour ces situations !
  • Ceux qui roulent en groupe garderont des distances suffisantes pour ne pas se télescoper les roues.

Pilotez :

  • Si le sol est humide, contournez les bandes réfléchissantes et les plaques d’égout surtout pour le freinage.
  • Si vous devez freiner fort, freinez en ligne droite autant que possible. Au cas où vous partez de travers, il n’est pas garanti de relever le vélo en fin de parcours.
  • Jusqu’ici, je ne suis pas tombé en vélo en utilisation utile. Il y a quand même bien moins de risques que sur un parcours VTT par exemple. Cela dit, ce dont je me méfie le plus ce sont les bordures de trottoir ou les bordures pour rejoindre une piste cyclable par exemple. Il est assez facile que le pneu glisse si vous la franchissez en biais. Je m’arrange toujours pour l’aborder de front.

Vous voilà parés contre les chutes si vous évitez, anticipez les pièges et pilotez convenablement votre vélo en zones critiques. Tous ces conseils valent pour un vélo un mouvement. On est toujours plus stable en mouvement qu’à l’arrêt ! J’en ai connu qui se sont cassé le poignet à l’arrêt en tombant du fait de leurs pédales automatiques. Mais c’est plutôt rare en vélo de ville.

Bon, si tout cela vous a galvanisé au point de vous sentir invincible, portez quand même un casque !

Si vous avez aimé cet article, partagez sur les réseaux sociaux !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *