Comment éviter l’effort et la fatigue à vélo ?


Eviter fatigue a velo

Le cycliste urbain se déplace utile. Il y gagne sur de nombreux aspects. Cela dit, il ne souhaite pas arriver à destination épuisé surtout sur son lieu de travail. Et puis, il souhaite avant tout aller au bout de ses parcours sans trop de fatigue et sans forcément opter pour le vélo à assistance électrique. Afin que l’effort fournit sur le vélo soit raisonnable, acceptable (car oui vous devrez pédaler un minimum !) je vais vous mettre sur la piste de quelques facteurs qui influencent le rendement à vélo.

Nous n’entrerons pas ici dans de savants calculs. Il s’agit pour vous de prendre conscience des facteurs qui peuvent influencer le rendement de votre trajet urbain à vélo pour agir sur les facteurs de l’équation du rendement !

En tant que « moteur » de votre vélo vous êtes l’acteur majeur de votre moyen de déplacement. Il est naturel et poli de parler de vous avant que nous évoquions votre monture !

Plus vous serez léger sur votre vélo et plus vous vous faciliterez la tache. Il est donc essentiel d’utiliser votre vélo le plus souvent possible car cela vous aidera à maîtriser votre poids. Pratiquez pour enclencher le cercle vertueux ! Peu importe si à ce stade votre monture n’est pas la plus adaptée ; commencez !

Faire du vélo régulièrement vous permettra d’améliorer votre rythme de pédalage. Un cycliste moyen pédale à environ 60 tours par minute. Vous serez tenté chaque jour de pédaler à votre rythme de croisière et pas plus. Quand vous le pouvez, sortez de votre zone de confort et moulinez plus vite pour améliorer votre cadence. Cela fait partie de votre renforcement musculaire de base pour ensuite diminuer la sensation de fatigue sur un trajet.

Bien entendu votre vélo urbain de par sa conception fait partie de l’équation.

Plus votre vélo sera léger plus cela jouera en votre faveur. Le corolaire est que votre équipement doit correspondre strictement à votre besoin. Evitez les gadgets qui alourdissent inutilement votre monture.

Attardons nous maintenant sur la transmission de votre vélo car c’est surtout à ce niveau que se joue votre fraîcheur en fin de parcours.

Inutile de vous rappeler d’adapter vos vitesses en fonctions de votre parcours ou de votre chargement pour mouliner à la bonne cadence. La chaîne du vélo se déplace entre les plateaux situés au niveau des pédales et les pignons situés à l’arrière. La chaine doit toujours être bien alignée.

Le rapport entre le nombre de dents du plateau et le nombre de dents du pignon vous donne le rapport d’engrenages ou « braquet ». Ce rapport de démultiplication multiplié par la circonférence de vos pneus vous indique le développement de votre vélo urbain. Soyez attentif au développement de votre vélo lors son acquisition. Il est hasardeux d’envisager par la suite de changer la taille de vos roues ou de vos plateaux et pignons !

Il existe sur internet des sites qui vous permettent de calculer le développement d’un vélo. De tels calculateurs de développement sont également disponibles sous format application pour Smartphone. Alors, avant tout achat, amusez vous à vérifier le développement d’un vélo par exemple si vous souhaitez atteindre 15 km/h à plat en pédalant à 70 tours par minute. Un vélo peu adapté vous obligerait à pédaler à une cadence trop élevée ce qui finira par vous épuiser. Vous évaluerez ainsi si le vélo que vous convoitez est adapté ou non à votre objectif.

Le gonflage de vos pneus améliorera également votre glisse sur la route car des pneus trop souples ou écrasés du fait d’un sous gonflage font perdre de l’énergie. Vérifiez et regonflez régulièrement vos pneus.

Votre profil aérodynamique a son importance sur le rendement global. Plus la position de conduite du vélo est haute et droite, plus vous offrez de résistance à l’air. Pour les mêmes raisons, le port de vêtements flottants est également à éviter. A vous de trouver le bon équilibre entre confort et aérodynamisme !

Pour terminer, voyons quelques points liés à votre environnement.

La densité de l’air a une influence négligeable sur le rendement sauf lorsque le vent se lève. Les trajets lorsqu’il fait du vent seront plus difficiles en terme d’effort. Acceptez le à défaut de pouvoir l’éviter !

Le revêtement sur lequel vous vous déplacez offre une résistance plus ou moins forte. Sur du ciment vous êtes presque comme sur un vélodrome. L’asphalte lisse est préférable à l’asphalte rugueux et en mauvais état. Lors du choix de votre parcours, privilégiez les axes ou l’asphalte est de bonne qualité.

 

La mesure de votre effort et donc de votre épuisement est conditionnée par votre rendement de cycliste et celui de votre vélo. Le rendement de votre vélo urbain doit être largement considéré au moment de l’achat. L’influence de l’environnement sur le rendement total est négligeable sauf en cas de vent.

Dites moi maintenant dans les commentaires ci dessous sur quel(s) facteur(s) vous allez agir dès à présent pour améliorer le rendement global de vos trajets quotidiens à vélo ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *