Assurez votre vélo électrique !

assurance vélo électrique

Vous vous adonnez aux joies du vélo électrique et vous aimeriez avoir l’esprit tranquille en cas de vol ? La première règle est bien sur d’attacher correctement votre  vélo. Cela dit, ces vélos électriques sont un investissement que vous souhaitez protéger au cas où… Voici un tour d’horizon des assurances vélo électrique recommandées par la FUBICY afin de vous aider à sélectionner celle qui vous convient.

 

Assurances

Obligations

Remboursement

Tarifs

Commentaires

ATM Assurances « Vélo volé »

www.velovole.com

vélo neuf

Vélo acheté il y a moins de 45 jours

Posséder l’original de la facture d’achat de votre vélo et l’antivol

Habiter en France métropolitaine

 

 

Casse accidentelle

Vol par effraction

Vol par agression

Garantie jusqu’à 3 500 €

Valeur à neuf pendant la durée du contrat

Pas de vétusté

A partir de 40 € par an. Marquage Bicycode obligatoire pour bénéficier de la garantie effraction sur la voie publique entre 21h et 7h.

Assurance tous types de vélos neufs.

Bike Protection Service

www.assurer-mon-velo.com

Facture d’achat de moins de 5 ans chez un professionnel.

Antivol marqué 2 roues par la FUB.

Antivol attaché à un point fixe.

 

Couvre les vols par effraction dans la rue, par agression et par introduction clandestine dans un local.

Remboursement à hauteur de 1500€ quelques soit le prix du vélo.

Vétusté de 1% à partir du 13e mois.

/ Concerne tous les vélo neufs ou occasions.
Cycl’assur

www.cyclassur.com

vélo neuf ou occasion acheté il y a moins de 2 ans chez un professionnel.

Utiliser un antivol référencé.

Dommage et vol par agression, effraction.

Plafond porté au prix d’achat du VAE avec une limite à 5000€.

Franchise et vétusté.

99€/an si VAE <2500€.

139€/an si VAE >2500€

Vol par effraction dans votre habitation exclu.
Moto-assurances : pour les VAE

www.moto-assurances.fr

Habiter en France métropolitaine.

Utiliser un antivol référencé.

Enlever la batterie en stationnement.

Assurance vol 24h/24h y compris sur la voie publique.

Vétusté de 1% à partir du 13e mois.

95€/an si VAE <1500€.

130€/an si VAE >2500€ et <3000€

/
Ogea : pour les clients Décathlon

www.ogea.com/assurance-velo

Vélo neuf acheté chez Décathlon avec antivol haut de gamme Décathlon.

 

Vol par effraction/ agression.

Indemnisation en bons d’achat Décathlon.

Franchise de 20 % si VAE > 600€.

à partir de 15,95 € par an.

 

Exclusion le vol sur la voie publique la nuit de 23h à 07h.

Uniquement pour les vélos Décathlon.

Couverture un an.

Les bonnes questions pour sélectionner votre assurance vélo électrique sont :

Quel est le prix du vélo à assurer ? Vous serez attentifs aux plafonds de remboursement.

Quelle est votre utilisation  du vélo électrique ? Il s’agit de s’assurer au plus juste de vos besoins. Par exemple si vous amenez uniquement votre vélo au bureau dans un espace sécurisé le jour, vous ne rechercherez pas systématiquement une assurance qui vous couvre en cas de vol la nuit sur voie publique.

Quelles sont les conditions d’assurance ? Conservez bien vos factures d’achat du vélo et de vos antivols, attachez correctement votre vélo pour pouvoir souscrire à telle ou telle assurance et surtout vous faire indemniser le cas échéant.

Quand avez vous acheté votre VAE ? Certaines assurances sont à souscrire uniquement pour un vélo neuf.

Pensez également à vous renseigner sur votre assurance habitation. Dans la plupart des cas elle couvre votre vélo en cas de vol dans votre habitation. En dehors, il vous faudra certainement une assurance complémentaire répertoriée dans le tableau ci dessus.

Je pense que pour un vélo classique, l’assurance est facultative sauf si vous avez vraiment fait chauffer la carte bleue. Pour un vélo électrique, le prix étant dans une fourchette approximative de 1000€ à 3000€, l’assurance contre le vol est plus que recommandée !

Dites moi maintenant dans les commentaires ci dessous quelle assurance vélo vous avez sélectionné ?

2 thoughts

  1. Merci pour ce panorama très complet. Avec l’arrivée des Speed-Bike (assistance portée jusqu’à 45km), les produits ont aussi évolué. Moto-Assurance propose dorénavant une assurance Speed-Bike. Ce qui n’est pas le cas des autres assurances dans votre tableau de synthèse. J’ai parcouru le net et n’est pas trouvé d’autre assurance que celle proposée par Moto-Assurance pour un Speed-Bike en France.
    La MAIF propose un beau produit avec de bonnes garanties, mais sous condition de basculer son contrat habitation ou auto. Dommage!
    Si vous avez vous fait un tour du marché pour l’assurance des Speed-Bike, je suis preneur.
    Merci.

  2. Bonjour,
    Le marché des vélos à assistance électrique se développe en France, comme ailleurs en Europe.
    Dans le cadre des directives européennes, vous savez sans doute que pour être homologué en qualité de vélo, et non pas de véhicule terrestre à moteur, un vélo à assistance électrique doit respecter trois conditions :
    • le moteur doit être limité à une puissance de 250 W maximum,
    • le moteur doit être une assistance au pédalage mais ne peut pas remplacer le pédalage,
    • l’assistance au pédalage s’arrête quand le vélo dépasse la vitesse de 25 km/h.
    Dès lors qu’au moins une de ces conditions n’est pas remplie, le vélo doit être considéré comme un cyclomoteur électrique.
    – À ce titre, il doit être immatriculé et porter une plaque comme tout autre cyclomoteur. Son propriétaire doit parallèlement disposer d’une carte grise.
    – Le véhicule doit être assuré en qualité de cyclomoteur.
    – Son conducteur doit porter un casque homologué pour la circulation à cyclomoteur et non pas à vélo.
    De fait, un certain nombre de fabricants réputés de vélos à assistance électrique proposent des machines – équipées de moteurs un peu plus puissants, en général 350 W -, qui bénéficient de l’assistance de ce moteur jusque 45 km/h, étant rappelé qu’il s’agit là de la vitesse limite autorisée pour les cyclomoteurs.
    Or, il semble bien qu’il soit très difficile aujourd’hui de trouver un assureur connaissant cette réglementation et en mesure de proposer un produit d’assurance adapté aux vélos à assistance électrique rapides, c’est-à-dire des contrats disposant de la garantie responsabilité civile obligatoire pour tout VTM.
    Mais il s’en trouve certainement et je suis persuadé que votre société pourra me proposer une tarification.
    J’ajoute donc aussi qu’il me paraîtrait normal que cette tarification soit tout de même sensiblement inférieure à celles qui peuvent être appliquées aux cyclomoteurs dotés de moteurs thermiques, et cela pour plusieurs raisons.
    La principale est qu’il n’y a pas de différence de nature entre les vélos qui bénéficient de l’assistance du moteur électrique jusque 25 km/h et ceux qui en bénéficient jusque 45 km/h.
    Dans les deux cas le moteur électrique, par lui-même, ne propulse jamais le vélo. Il vise seulement à apporter une aide au pédalage.
    Cette aide est toujours progressive. Elle peut être réglée pour être plus ou moins sensible. À cet égard, plus l’assistance est réglée pour être modérée et plus l’autonomie de la batterie sera grande.
    Précisément, la capacité des batteries étant actuellement plafonnée aux alentours de 500Watt-heure, il faut bien comprendre qu’un possesseur de vélo à assistance électrique rapide, bénéficiant d’un moteur plus puissant mais d’une batterie comparable, doit se montrer particulièrement raisonnable dans le dosage de l’assistance demandée au moteur, faute de quoi l’autonomie de la batterie sera sensiblement plus faible que sur un vélo dont l’assistance se coupe 25 km/h.
    Autrement dit, la plupart du temps, lorsqu’un cycliste utilise un vélo à assistance électrique rapide à une vitesse supérieure à 25 km/h, par exemple aux alentours de 40 km, il doit cette vitesse davantage à la force musculaire de ses jambes qu’à l’assistance complémentaire du moteur.
    Autrement dit encore, au-delà des catégories administratives et de leurs clivages abrupts entre, d’un côté, de simples bicyclettes, et d’un autre, des « cyclomoteurs », il y a une réelle continuité de nature entre tous les VAE et la mise en circulation d’une bicyclette bénéficiant d’un complément d’énergie fournie par moteur jusque 45 km/h ne crée pas pour les tiers un risque qui soit réellement comparable à celui d’un cyclomoteur à essence dont, rappelons-le, le moteur fournit à lui seule l’intégralité de l’énergie nécessaire au déplacement.
    Au total et à l’évidence, un vrai cyclomoteur n’a rien à voir avec l’accompagnement du pédalage d’un cycliste sur un VAE 45 km/h.
    J’espère vous avoir convaincu :
    1- de la nécessité pour le public de disposer de produits d’assurance adaptés à cette catégorie bien particulière de véhicule,
    2- de la nécessité que les tarifs proposés pour ces produits tiennent compte de la réalité du risque créé par la circulation des dits engins, c’est-à-dire soit sensiblement inférieurs aux tarifications appliquées aux cyclomoteurs au sens classique du terme.

    J’attends vos éléments de réponse avec impatience.
    Si vous pouvez me proposer un produit d’assurance tel que je l’attends, je vous communiquerai les références du vélo que je suis susceptible d’acquérir.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *